topblog Ivoire blogs

23/01/2014

Cancer du col de l’utérus/ Tout sur un mal mortel à la prévention sélective

 

 

Toutes les deux minutes, quelque part dans le monde, une femme décède d’un cancer du col de l’utérus. Huit de ces cancers sur 10 ont lieu dans des pays en voie de développement. En Côte d’Ivoire, selon les experts, ce sont au moins 3200 cas de cancer de l’utérus qui sont enregistrés chaque année.

Considéré par l’OMS comme la tumeur la plus courante chez les femmes africaines, le cancer du col de l’utérus  se place à la 2ème place des cancers féminins dans le monde. A l’origine, une infection virale. L’agent pathogène se nomme le papillomavirus appelé aussi le virus du papillome humain (VPH). Sexuellement  transmissible,   ce virus favorise le développement des cellules précancéreuses. Environ 80% des femmes qui ont des rapports sexuelles sont subjectifs de contracter cette maladie.

Symptômes

Certains facteurs augmentent le risque de cancer du col de l’utérus chez la femme à savoir les premiers rapports sexuels précoces, les partenaires multiples, une infection…  Le cancer du col de l’utérus se manifeste par des douleurs durant les rapports sexuels ou encore un saignement après les rapports sexuels ; un saignement entre les règles et une quantité accrue de pertes blanches. Toutefois, si les symptômes énoncés ne sont pas propres qu’au cancer de col de l’utérus, la persistance d’un ou plusieurs de ces symptômes doit immédiatement alerté le patient car plus vite la maladie est découverte, mieux la patiente à des chances d’être sauvée. À un stade  avancé, les symptômes du cancer du col de l’utérus peuvent se produire à mesure que les tumeurs grossissent. On note ainsi chez le patient une anémie ; de la constipation; une douleur dorsale; un essoufflement;  du sang dans l’urine, du sang dans les selles, une perte de poids et une perte de l’appétit.

Traitement

Les options thérapeutiques indiquées dans le cas d’un cancer du col utérin comportent la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie. Les décisions relatives au traitement sont prises par un cancérologue en fonction des facteurs que sont la taille de la tumeur, la gravité de l’infection, les facteurs personnels de la femme, c’est-à-dire  son âge, son désir d’avoir des enfants, son état de santé général et tout traitement antérieur.

Prévention

L’utilisation de préservatifs  lors des rapports sexuels permet de limiter la transmission du virus mais ne suffit pas à garantir une protection totale parce que le virus peut également se transmettre par simple contact de peau à peau dans la région génitale. Des dépistages réguliers (frottis de col) constituent le moyen le plus efficace de réduire le risque de développer un cancer du col de l’utérus, chez les femmes ayant des rapports sexuels. Le vaccin préventif n’est destiné qu’aux filles n’ayant pas eu des rapports sexuels ou encore  aux femmes n’ayant  pas encore été en contact avec le virus du cancer du col de l’utérus. La vaccination est donnée en 3 doses au cours d’une période de 6 mois.  Les femmes peuvent également réduire au minimum leur risque de cancer du col utérin en évitant de contracter une infection par le VPH, d’avoir plusieurs partenaires sexuels, et en utilisant un préservatif.

Mariam Sorelle

Les commentaires sont fermés.