topblog Ivoire blogs

23/01/2014

Faits divers/ Pour une pièce de 50 francs CFA, un chauffeur bat sa cliente

La jeune Dame que nous nommons  Florine,  qui a emprunté dans la soirée du lundi 2 décembre 2013 le taxi communal de Cocody immatriculé 44 92 EB 01, au carrefour Aghien pour descendre au carrefour Mahou en haut, ignorait que sa soirée allait se terminer en un véritable  cauchemar. C’est une femme en pleine chaussée, les cheveux dressés sur la tête, les vêtements impactés de poussière, la bouche en sang qui est retrouvée, quelque minute après,  adossé au taxi qu’elle avait emprunté auparavant. Entourée  par  une foule de passant,  elle est inconsolable. Le chauffeur du taxi communal, après l’avoir battu pour lui avoir tendu la somme de 200 francs CFA au lieu de 250 FCFA exigée a, quant à lui,  prit la poudre d’escampette. A notre arrivé, la sœur de la jeune dame est en pleine interaction  avec un homme du nom d’Aly. Ce dernier prétend être le vrai chauffeur du taxi communal. Il affirme que  profitant de son jour de repos, il a prêté sa voiture  à un ami pour que ce dernier puisse se faire un peu de  sou. « On ne prête pas sa voiture à n’importe qui ? Comment tu peux venir demander des comptes à une personne qui s’est fait sauvagement battre ? Le bon sens aurait voulu que tu demande pardon, avant de prendre partie pour qui que ce soit », s’indigne  la sœur de la  victime à la face du prétendu vrai chauffeur. Le visage enflé, blessée à la bouche et aux genoux, la jeune Dame à l’arrivé de ses frères tentent de restituer les faits. « Avant de monter, je lui ai signifié que j’avais deux cents francs CFA. C’est ainsi qu’à la descente, je lui ai remis la  pièce de deux cents francs, il a jeté la pièce  parterre et a exigé la somme de 250 francs. Je lui ai dis que je n’avais pas d’autre argent à lui remettre et j’ai refermé la portière. C’est ainsi qu’il est descendu de sa voiture et a exigé que je remontre pour qu’il me dépose là où il m’a prise. Chose que j’ai refusé. Il a voulu me faire monter de force dans la voiture, je me suis opposée et il s’est mit à me battre et à me traîner sur le goudron. Tout mon visage me fait mal, j’ai une forte migraine », se plaint-elle. Les chauffeurs de taxi de la ligne ont garé leur véhicule et sont intervenus pour un règlement à l’amiable. Ils ont tenté en vain  de dissuader la jeune dame de porter plainte. Aidée de ses frères, la jeune dame a été conduite au commissariat du 22ème arrondissement où elle a déposé une plainte en bonne et due forme. 

20:30 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | |

Commentaires

Pauvre Afrique! C'est triste mais c'est comme cela que ça se passe. Les gens pensent qu'ils peuvent régler tous les problèmes avec la force. Courage encore à la jeune dame et Bravo à Sorelle, qui nous a fait un récit précis et détaillé. Tout va bien!

Écrit par : yannick | 24/01/2014

Les commentaires sont fermés.