topblog Ivoire blogs

03/02/2014

Mieux connaître et gérer les crises d’AVC

 

Depuis quelques années, l’AVC (Accident vasculaire cérébral) a fait irruption dans le quotidien de nombreux ivoiriens. Cette maladie qui survient brutalement peut causer une paralysie ou la mort du sujet. Les crises d’AVC  dans les lieux publics prennent l’allure d’un véritable spectacle. Et pourtant, la rapidité et l'efficacité des premiers gestes sont déterminants pour la survie du patient et réduire les dommages liés à l’AVC.

La maladie proprement dite

Un AVC est une perte soudaine de la fonction cérébrale. Il  survient lorsque la circulation sanguine vers une région du cerveau est interrompue. Le cerveau manque d’oxygène et d’éléments nutritifs apportés par le sang. Subséquemment, les cellules du cerveau affectées commencent à mourir. Entraînant l’invalidité et la mort du sujet. Il existe deux types d’AVC.  L’AVC ischémique, liés à l’interruption de la circulation  sanguine à l’intérieur du cerveau. Et l’AVC hémorragique lié, cette fois, à la rupture d’un vaisseau sanguin à l’intérieur du cerveau.

La crise d’AVC

Elle se caractérise par une perte de conscience ou une paralysie soudaine.Les symptômes dépendent de la zone du cerveau qui est atteinte et de l’étendue de la lésion. Il est à noter  une déformation de la bouche, une faiblesse d’un côté du corps (bras ou jambe), des troubles de la parole. Si vous êtes témoin d’un de ces 3 signes, réagissez au plus vite en contactant un médecin ou les services d’urgences.  Administrez les premiers soins au sujet car plus l'intervention est rapide, moins les séquelles sont importantes.

Que faire devant un cas d’AVC ?

Dans l'attente des secours, il faut allonger le malade et noter l'heure de la survenue des premiers signes de l'AVC. Maintenez-le en position latérale de sécurité, c'est-à-dire sur un côté. Déboutonnez  les manches et  les cols de sa chemise, desserrez la ceinture. Assurez-vous qu’il ne s'étouffe pas avec sa langue. Ensuite calmez-le et demandez-lui de ne plus parler.

Les conséquences

Les accidents vasculaires cérébraux ont des conséquences très variables. La gravité des  séquelles dépend de la région du cerveau atteinte et des fonctions qu’elle contrôle.  Plus de la moitié des gens en gardent des séquelles. Environ 1 individu sur 10 récupère complètement.  Les personnes ayant survécu à un AVC  peuvent être confrontées à une faiblesse ou paralysie d’un coté du corps, une faiblesse ou paralysie des bras ou des jambes des deux côtés du corps, des difficultés à lire, à parler, à penser et à calculer, des difficultés à acquérir des nouvelles connaissances ou à retenir de nouvelles informations, des problèmes de la vue et  des problèmes de mémoire à court terme.

Comment prévenir l’AVC ?                     

On note certains facteurs naturels qui prédisposent aux crises d’AVC : il s’agit entre autre de : l’âge (Le risque augmente avec l'âge, après 50 ans chez l'homme et après 60 ans chez la femme) ; Le sexe (Avant la ménopause, les femmes courent moins de risques que les hommes), antécédents familiaux (si un membre de la famille immédiate a été confronté à l’AVC avant 65 ans) ; l’Origine ethnique (Les personnes d’origine africaine ou sud-asiatique sont davantage exposées aux maladies du cœur et aux AVC que la population en général).

Toutefois, l’on peut prévenir les accidents vasculaires cérébraux en évitant  les facteurs  de risques.  Notamment l’obésité,  le surpoids, un taux élevé de cholestérol, le diabète, le tabagisme, le stress, la consommation excessive d’alcool, l’inactivité physique.

Mariam.Sorelle

11:04 Publié dans Santé | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.