topblog Ivoire blogs

06/02/2014

Journée Internationale contre les mutilations génitales: La pratique, encore tenace en Côte d'Ivoire

 

 

Le monde entier commémore, ce  jeudi 6 février 2014, la Journée internationale contre les mutilations génitales féminines (MGF). Courante en Afrique, cette pratique est mondialement reconnue comme une violation des droits de l'homme. 

Selon les données de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), quelques 120 à 140 millions de femmes ont été soumises à cette pratique néfaste et 3 millions de filles continuent d'être à risque chaque année. 

 La Côte d’Ivoire est l’un des pays d’Afrique les plus touchés par la pratique de l’excision. On estime à 36% le nombre de femmes excisées dans le pays. Un rapport du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (Unicef) précise, par ailleurs, que  38% des femmes âgées de 15 à 49 ans ont été excisées entre 2011 et 2012.

La ministre de la Solidarité, de la Famille,  de la Femme et de l’Enfant, Anne Désiré Olotto, dans son adresse à la nation a  révélé que les programmes et les campagnes de lutte contre les mutilations génitales n’ont pas produit les résultats escomptés. « À la faveur de la présente édition de la Journée internationale de lutte contre les mutilations génitales féminines, nous devrions marquer un arrêt pour analyser le bilan des stratégies mises en œuvre qui ont malheureusement montré toutes leurs limites. Il nous faut  tirer les leçons et envisager des solutions novatrices », a-t-elle alerté.

 Elle  a souhaité une franche mobilisation contre ce fléau. « Frères et sœurs, chers compatriotes, hommes et femmes de Côte d’Ivoire, communautés sœurs vivant en Côte d’Ivoire, tous, nous sommes concernés par les MGF ; N’ayons pas honte d’en parler. Engageons-nous pour REFUSER et STOPPER ces pratiques honteuses, rétrogrades et néfastes à la santé des femmes et des filles», a exhorté Anne-Désiré Olotto,  ministre de la Solidarité, de la Famille,  de la Femme et de l’Enfant.

La  Journée internationale contre les mutilations génitales  est  un appel des Nations unies pour une Synergie d’actions des gouvernements, de la Communauté Internationale et de la société civile pour accélérer l’atteinte de la tolérance zéro (0) aux Mutilations génitales féminines (MGF).  Les mutilations génitales féminines ou excisions, quant à elles,  se caractérisent par l’ablation partielle, total ou encore par  l’altération  des groupes génitaux féminins externes, pour des raisons non médicales.

 

Mariam Sorelle 

Les commentaires sont fermés.