topblog Ivoire blogs

05/02/2014

Concours d’entrée à l’ENS : 3886 places à pourvoir

 

Le concours d’entrée à l’Ecole Normale Supérieure (ENS) a été lancé, mardi 4 février 2014, à la Dorex au Plateau.

La Directrice Générale des l’Enseignement Supérieur et des Œuvres Universitaires (DGES), Pr. Adohi Krou Viviane, a indiqué que pour cette édition 2014, 3.886 postes sont à pourvoir dont 2.540 par voie de concours direct et 1.356 par voie de concours professionnel.

Un concours  organisé par le ministère de la Fonction publique mettra par la suite  à la disposition de l’ENS, les admis pour leur formation. La première responsable de l’Enseignement Supérieur a signifié que toutes les dispositions sont prises pour que ces concours se déroulent dans la transparence. « (…) Gardez votre sérénité. Votre compétence pédagogique n’est nullement remise en cause. Ce concours s’organisera entièrement avec vous », a-t-elle affirmé  dans son adresse  aux enseignants de l’ENS.

Sur les 3.886 postes, il y a 1.438 professeurs de Collèges, 928 professeurs de Lycées et 117 professeurs d’Art Plastiques, d’Education Musicale et d’Education Physique. Pour le personnel d’encadrement pédagogique et administratif, il est prévu un recrutement de 730 éducateurs, 483 inspecteurs d’Orientation, 110 inspecteurs d’Education et 80 inspecteurs de l’Enseignement Primaire (IEP).

La DGES a précisé que les inscriptions se font en ligne sur les sites de la DOREX (www.dorexci.net et www.dorex.edu.ci), du mardi 04 février au 05 mars prochain. Et les frais d’inscription sont de 10.000 F CFA. L’innovation cette année est  que l’achat des pochettes et les visites médicales sont supprimés.  ‘’Seuls les candidats admissibles seront soumis à la visite médicale’’.  Le dépôt des dossiers physiques de candidature se fera à l’antenne de l’INP HB à Cocody Danga.

Le concours d’entrée à l’Ecole Normale Supérieure (ENS) est désormais organisé par la Direction de l’Orientation et des Examens (DOREX) en collaboration avec l’ENS et conformément au décret n°2011-396 du 16 novembre 2011 portant organisation du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique.

Mariam Sorelle 

 

 

 

29/01/2014

Forum « ICI 2014 » / Daniel Kablan Duncan : ‘’Un nouveau miracle économique est envisageable’’

 

 

Le Premier ministre, Daniel Kablan Duncan, a ouvert, mercredi 29 décembre 2014, les portes du  Forum  ‘’Investir en Côte d’Ivoire 2014 ‘’ (ICI 2014). La cérémonie inaugurale s’est tenue devant plusieurs opérateurs économiques à l’auditorium du palais des congrès du Sofitel Hôtel Ivoire d’Abidjan.

Se réjouissant de l’engouement suscité par le Forum ICI 2014, le Premier ministre Daniel Kablan Duncan a souligné la volonté du gouvernement ivoirien de faire de la Côte d’Ivoire ‘’ un grand hub en Afrique de l’Ouest permettant d’accéder à un marché de 300 millions de personnes’’. « Un nouveau miracle économique, après celui des années 70-80, est envisageable. Ce forum est le vôtre.  La Côte d’Ivoire vous tend les bras pour un partenariat gagnant-gagnant », a indiqué le premier ministre aux investisseurs constitués de participants nationaux et internationaux.

Le président de la Banque africaine de développement (BAD), Donald Kaberuka, a rassuré pour sa part les investisseurs internationaux qu’ils « auront raison de faire confiance à la Côte d’Ivoire, à l’Afrique de l’Ouest, en y investissant ». 

 La directrice générale du Fonds Monétaire International (FMI), Christine Lagarde a, elle,  témoigné la volonté de l’institution qu’elle dirige  « à soutenir et à accompagner la Côte d’Ivoire » sur la voie de l’émergence.

Forum ICI 2014 fait suite aux éditions de 1995, 1997 et 1999. Le thème central de cette quatrième édition s’intitule « Secteur privé, levier d’une intégration régionale réussie ».

 Près de 3000 participants nationaux et internationaux sont attendus jusqu`au 1er février à ce rendez-vous économique. Ce sont au total 13 conférences thématiques, une bourse des projets, des rencontres d'affaires qui meubleront ces trois jours de rencontre en bordure de la lagune Ébrié.

Mariam Sorelle

28/01/2014

Quand la tradition soutient l’immortalité du pagne !

 

 

‘’Ton pied mon pied’’, ‘’mon mari m’a laissée’’, ‘’œil de ma rivale’’, ‘’mon mari est capable’’…… Ce sont autant de  noms de motif qui ont marqué le printemps du port du pagne en Côte d’Ivoire.

 

Mais de nos jours, la femme  africaine en général et l’ivoirienne en particulier  a un goût prononcé  pour la mode occidentale. Le pagne,  relégué au second plan, n’est presque plus le joyau ou l’objet de convoitise des femmes dans leur ensemble. 

 

Ayant connu des balbutiements dans les années quatre-vingt du fait du prix jugé excessif et de  la concurrence déloyale des pagnes de contrefaçon sur le marché,  l’industrie du textile, avec l’aide des stylistes tente de remonter aujourd’hui la pente. 

 

La tradition, pièce-maîtresse de cette renaissance, soutient l’immortalité du pagne. En effet, lors des mariages coutumiers, le pagne est offert  en guise de dot.  Parallèlement, le port de ce vêtement  reste encore prisé lors des fêtes traditionnelles, des funérailles, baptêmes et cérémonies religieuses. Dans de nombreux pays africains, un pagne est recommandé pour la célébration des fêtes nationales.

 

Le pagne, plus qu’un vêtement, reste pour ainsi dire une référence et une reconnaissance sociale. C’est ce que soutient le styliste ivoirien Pathé’O qui affirme : « Le pagne reste la mode vestimentaire par excellence pour les Africains ». Entre modernité et tradition, le pagne s’accommode et la femme africaine dans son originalité pourra difficilement  s’en défaire.

 

Mariam Sorelle

 

18:35 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |