topblog Ivoire blogs

25/02/2014

Yaya Touré lance un appel pour la paix en Centrafrique

 

 

« Bonjour, je m’appelle Yaya Touré, Capitaine de Manchester City. Sur le terrain je suis heureux de jouer avec tout le monde. Les Africains et les Européens, les chrétiens et les musulmans,  les petits et les grands.  Ensemble nous sommes toujours plus forts. Nos différences nous rendent meilleurs.  En Centrafrique, vous êtes aussi plus forts tout en étant différent. S’il vous plaît, arrêtez de vous battre.  Jouez ensemble. Vivez ensemble. Car ensemble vous êtes meilleurs. Merci »

 C’est ce  vibrant message radio diffusé  que l’international ivoirien Yaya Touré a adressé, mardi 25 février 2014  au peuple Centrafricain pour  le retour de la paix dans ce pays en proie à une guerre civile, depuis fin 2013.

Le footballeur ivoirien emboite  le pas à l’artiste  sénégalais,  Youssou N’Dour, qui  a, quant à lui enregistré une chanson intitulée  ‘’ONE Africa’’.  Un titre qui appelle  à l’arrêt des violences en Républiques Centrafricaines.

 Les stars africaines se mobilisent autour de la Centrafrique.  

Vivement la paix dans ce pays.

Mariam Sorelle

 

 

 

 

 

23/01/2014

Charnier de Yopougon / 13 ans après les faits Le Cvci s’incline sur la mémoire des 57 victimes et interpelle le gouvernement

 

 

 

Le Collectif des victimes de Côte d’Ivoire (Cvci) s’est réuni le 27 octobre 2013 au carré des martyrs, l’espace symbolique aménagé pour les victimes du charnier de Yopougon, au cimetière de Williamsville  pour commémorer la mémoire des disparus. Cette cérémonie marquait le souvenir  du massacre de populations civiles qui manifestaient  le 24 avril 2000 pour la reprise des élections présidentielles, avec la participation de tous les candidats déclarés qui ont vu leur candidature rejetées par la Cour suprême. Le conseiller technique d’Anne Désirée Ouloto, Mamadou Coulibaly, a exprimé la compassion de la ministre aux parents des victimes et le soutien du gouvernement ivoirien.  « 26 octobre 2000- 26 octobre 2013, cela fait 13 ans que des populations civiles ciblées comme des proches de l’opposant  d’alors, Alassane Ouattara président de la République aujourd’hui, ont été massacrées. Ces actes criminels ont fait plus de 300 morts dont 57 corps découverts dans un charnier à Yopougon. « Nous avons le droit de pardonner, mais ne jamais oublier. Le gouvernement ivoirien sera toujours aux côtés de la société civile dans l’après-lutte contre la précarité et les inégalités sociales. Et surtout  la lutte pour le respect des droits de l’homme, le droits des victimes, des parents de victimes », a-t-il souligné. Pour le président du Collectif, Issiaka Diaby, cette cérémonie de commémoration vise à rappeler à l’opinion nationale, internationale et au pouvoir public actuel qu’ils ont l’impérieux devoir d’œuvrer en faveur du respect des droits fondamentaux de toutes les victimes en Côte d’ Ivoire. « Ces actes sont restés impunis jusqu’à ce jour, grâce à une politique d’impunité, de promotion d’auteurs de crimes et de vote de loi d’amnistie, érigés en mode de gouvernement sous le régime de Laurent Gbagbo. Cette cérémonie signifie pour nous les victimes et parents des victimes, le début de la fin de l’impunité, des libertés provisoires accordées à nos bourreaux et la fin des propos diffamatoires et outrageants de certains acteurs politique », a-t-il expliqué. Des prières et des invocations pour le repos de l’âme des disparus ont meublé cette cérémonie. 

Mariam Sorelle

20:26 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Un sénateur français visite l’Assemblée nationale de Côte d'Ivoire

 
Le sénateur français, Christophe André Frassa a visité,  mercredi 22 janvier 2014, les locaux de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire. Il était accompagné d’une forte délégation conduite par Laurent Soquier, premier  conseiller de l’Ambassade de France.
 
Apres la visité guidée, Christophe André Frassa a été reçu en audience par le secrétaire général Adjoint de l’Assemblée nationale,  Latte N’drin Ahouanzi.
 
Au sortir de l’audience, le sénateur français s’est réjoui du progrès que connait  le Parlement ivoirien : « Je trouve que mes collègues ivoiriens ont de la chance de travailler aujourd’hui dans un Parlement rénové, qui a encore besoin de travaux pour pouvoir fonctionner. Mais qui renait de ses cendres et  qui va maintenant  redevenir  le temple de la démocratie, de la loi dont  les Ivoiriens pourront être fiers ».
 
Le but premier de sa présence en Côte d’ivoire étant de rencontrer la communauté française vivant sur le sol ivoirien, Christophe André Frassa n’a pas manqué de témoigner l’amour des Français pour la Côte d’Ivoire.  « Les Français ont manifesté  leur attachement à la Côte d’Ivoire vu qu’ils sont restés très nombreux durant ces années de crise. Ils sont devenus encore  plus nombreux puisque que l’on est maintenant à plus de 15 mille Français qui vivent en Côte d’Ivoire », a-t-il indiqué.
 
Mariam Sorelle