topblog Ivoire blogs

11/02/2014

Les bienfaits de l’allaitement

 

   Le lait maternel est le lait produit par les glandes mammaires des femmes après l’accouchement.  Présenté comme le lait le plus économique, il contient tous les nutriments nécessaires au bon développement de l’enfant. C’est en cela que  l’organisation mondiale de la santé (OMS) promeut activement l’allaitement maternel, considéré comme la meilleure alimentation pour les nourrissons et les jeunes enfants.  

    L'OMS recommande dans les six premiers mois de la vie du nourrisson un allaitement exclusif.  La mère doit par la suite, continuer l’allaitement tout en l’accompagnant d’une nourriture solide et équilibrée pendant au moins deux ans.  Si les nouveaux nés en raffolent,  l’allaitement présente un double  avantage tant pour la mère que pour l’enfant. 

 

Les bienfaits pour  la mère  

 

 

 

L'allaitement constitue un moment d'intimité entre la maman et son bébé qui contribue à renforcer les liens  entre les deux êtres.

Il  permet à la mère de perdre plus facilement les kilos accumulés au cours de la grossesse car donner le sein augmente les besoins énergétiques.

Donner le sein même sur une durée de 15 jours apporte un bienfait pour la maman. L'allaitement permet la sécrétion d’hormone qui entraîne un effet relaxant et rend la maman plus détendue.

Une mère qui nourrit son enfant au sein réduit les risques  de contracter un cancer du sein, du col de l’utérus et de l’ovaire.

Les préjugés selon lesquelles l’allaitement abîme les seins est l’une des causes du refus des mères à allaiter leur enfant. Mais, il est important de souligner que l’allaitement n’abîme pas les seins à condition de les maintenir avec un bon soutien gorge.

 

Les bienfaits pour  l’enfant

 

Les moyens de la technologie actuelle ne sont jusque-là pas parvenir à suppléer le lait de la mère. En plus d’être économique, le lait maternel  reste disponible en permanence, en quantité suffisante et à bonne température.

Contenant des substances telles que l’eau, les glucides, les lipides,  les protéines, des sels minéraux, les vitamines, du fer (etc.), le lait maternel confère au nourrisson  la défense immunitaire dont il est dépourvu pendant les premiers mois de sa vie. Limitant ainsi le développement de certaines maladies comme la diarrhée, les infections respiratoires et les allergies.

Le lait maternel s’enrichit au fil du temps pour s'adapter aux besoins du nourrisson ;  le  colostrum, ou lait des premiers jours laisse sa place au lait mature.   L'allaitement pourrait également jouer un rôle dans la protection contre le diabète, l'obésité, les caries…

 « Si chaque enfant était mis au sein dans l’heure qui suit la naissance, si on ne lui donnait que du lait maternel pendant les six premiers mois et si l’allaitement maternel était maintenu jusqu’à l’âge de deux ans, on sauverait près de 220 000 vies d’enfants chaque année », atteste le site officiel de l'Organisation Mondial de la Santé.

 

Mariam Sorelle 

Bas du formulaire

 

 

 

 

24/01/2014

Fausse couche : Comment s’en remettre ?

 

Fausse couche : Comment s’en remettre ?

Désirer un enfant, le sentir grandir en son sein, entretenir le rêve d’être mère. Puis contre tout attente,  se réveiller un matin avec le cœur lourd parce qu’on a été  privé de le voir grandir du fait d’une fausse couche. Ce schéma est le moment le plus douloureux dans la vie d’une femme. Encore plus dur s'il s'agit d'une première grossesse ou d’une fausse couche tardive. Sortir la tête de l’eau demande beaucoup de courage. Voici quelques attitudes à adopter face à une telle situation.

Ne pas culpabiliser

Ce n’est nullement de votre faute. Ne vivez pas ce moment comme une malédiction ou un châtiment divin. Cliniquement, la fausse couche est  synonyme d’un bon fonctionnement du corps et de sa  fertilité. Etant donné que l’œuf n’est pas viable, le corps interrompt la grossesse. Ne vous laissez donc pas porter par le sentiment de vide, d’impuissance et d’injustice qui vous anime.

Faire  le deuil de l’enfant disparu

Laissez vous aller à vos ressentiments, pleurez si cela peut vous soulager. Donnez-vous le temps de vous remettre, attendre deux à trois cycles pour penser à concevoir un nouvel enfant est parfois le temps de faire le deuil de l’enfant disparu. Une fausse couche ne compromet, en aucun cas, la réussite d’une grossesse ultérieure. Mais il vous faut une bonne  disposition morale. Vous devez vous sentir prête à recommencer une  nouvelle aventure  de femme enceinte.

Partager votre histoire

 

Allez sur les réseaux sociaux, les forums de discussion, partagez votre ressentiment en utilisant un pseudo. Vous verrez par la suite que de nombreuses femmes ont connu comme vous cette situation. Leurs commentaires et témoignages vous aideront à surmonter cette épreuve. 

Mariam Sorelle