topblog Ivoire blogs

15/12/2014

Les parlementaires de l’espace francophone s’arment pour la transparence dans le secteur minier

 

 

Un séminaire sur la transparence dans les industries extractives et leurs impacts économiques sur le développement durable des pays africains  s’est ouvert à Abidjan, ce lundi 15 décembre 2014, à l’intention des parlementaires de l’espace francophone.  

Organisé conjointement  par l’Assemblée des parlementaires de la francophonie (APF) et l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, ce séminaire se tiendra sur deux jours durant. Il vise essentiellement à outiller les parlementaires de l’espace francophone sur les retombées économiques  des industries  extractives et à renforcer davantage leurs capacités dans la cadre de l’élaboration des politiques minières axées sur le développement durable.  Afin qu’ils puissent contrôler les ressources générées par ces industries  et assurer plus de transparence dans la gestion des ressources.

Pour Salibou Garba, président de la Commission de la coopération et du développement de l’APF,  ce séminaire parlementaire doit s’inscrire dans la logique d’une  vision africaine des secteurs miniers qui incite les Etats à mettre en valeur leur secteur extractif pour un développement inclusif.

« L’évasion fiscale, les transferts illégaux  de richesse,  les tarifs déloyaux et bien d’autres points sont aujourd’hui les symptômes du manque de transparence dans l’industrie extractive. L’instauration d’une bonne gouvernance dans ce secteur  contribuera, sans nul doute, à apporter des réponses appropriées aux problèmes que rencontrent nos Etats », a-t-il assuré.

Le vice-président,  Koné Lassina, en sa qualité de représentant du président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire qui a ouvert les travaux a salué le choix de la Côte d’Ivoire pour abriter la réunion. «  Ce séminaire est une belle opportunité afin de nous amener à comprendre l’importance des questions liées aux industries extractives. Et surtout pour nous fournir les outils nécessaires en matière de contrôle parlementaire et de surveillance des industries extractives dans notre pays. Je reste persuadé que ce séminaire accroîtra la capacité technique de contrôle et d’appréciation de l’action du gouvernement et des compagnies minières, dans l’intérêt de toutes les parties prenantes dans le cadre des opérations extractives, particulièrement dans l’intérêt des populations », a-t-il formulé. 

 

Mariam Sorelle